REACTION DE FREDERIC NIHOUS AU DISCOURS PRESIDENTIEL : LE TRAITE DE LISBONNE D'ILLEGITIME EST DEVENU CADUC

Réaction de Frédéric Nihous au discours de Toulon

  • Imprimer
  • E-mail
Discours de Toulon

La crise économique et financière aura au moins eu un mérite : celui de faire comprendre à Nicolas Sarkozy que les adversaires du traités de Lisbonne avaient de bonnes raisons de s’y opposer.
Frédéric Nihous, qui fut l’un des opposants au traité de Lisbonne et qui, à l'époque, en avait décrit les méfaits prévisibles, ainsi que la majorité des Français qui l’avait refusé par référendum, se félicitent de cette prise de conscience. C’était bien la peine de contourner le vote des Français et de faire adopter ce traité par le Parlement pour en arriver là !
Le traité de Lisbonne est mort et cela semble maintenant officiel; enfin !
Le prochain traité européen, qui ne pourra être adopté que par référendum, doit être un traité politique ne laissant aucun pouvoir décisionnel à la technocratie bruxelloise, machine d’asservissement des peuples européens, et à l'hégémonie de la finance internationale.
Pour Frédéric Nihous, président de CPNT–Le Mouvement de la ruralité et candidat à l’élection présidentielle, la mise au pas, voire la suppression si cela ne suffit pas, de la Commission européenne est l’une des conditions essentielles de la reprise en main politique d’une construction européenne respectueuse des souverainetés nationales et de l’ensemble des peuples de chaque état de l'Union.
Ceux-ci ont besoin d'une Europe qui les protège et les respectent tant dans leur mode de vie que dans leurs activités, notamment économiques et traditionnelles; ils n'ont pas besoin d'une Europe qui les assomme de directives qui en réalité ne sont que des contraintes sur leur quotidien et des freins aux activités.

 

 

 

 

Espérons tout de fois que l'utopie des "euro-bonds" ne consistuera pas l'essentiel de la diplomatie française par rapport à l'Allemagne, à l'heure où les Chinois renoncent à abonder les fonds de soutien européen