PATRICK LOUIS SUR LA GESTION DE LA CRISE AU NIVEAU EUROPEEN: INUTILE D'ABANDONNER LA SOUVERAINETE

Communiqué de presse de Patrick LOUIS, Secrétaire Général du MPF, sur l'abandon d'une partie de notre souveraineté à l'union européenne par M. Sarkozy

Paris, le 2 décembre 2011

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

            En ce début de semaine, sous l’insistance de la chancelière allemande Angela Merkel, le président Sarkozy a accepté l’instauration d’une forme de gouvernement économique européen dans le seul but de s’assurer que le nouveau pacte de stabilité et de croissance en cours de développement soit respecté.

            Il s’agit de transférer le contrôle budgétaire des états membres à une structure supranationale pilotée par l’Union européenne.

            Alors que la zone euro s’apprête à demander l’aide du Fonds Monétaire International (FMI), alors que tous les experts financiers et économiques s’accordent pour dire que le modèle de la monnaie unique a vécu, que même Jacques Attali affirme que cette monnaie ne verra pas Noël, le couple franco-allemand décide de continuer dans cette voie sans issue qui n’a pour but que de donner toujours plus de pouvoirs à une structure supranationale.

            En résumé, sans débat public, sans consultation référendaire, les nations seront déboutées de leur principale mission de contrôle, celui du contrôle budgétaire actuellement exercé en France par plusieurs organes la Commission des finances, la Cour de discipline budgétaire et financière et la Cour des comptes.

            Qu’adviendra-t-il de ces organes régaliens ? Seront-ils supprimés ? Seront-ils mis désormais au service de l’Union européenne ? Y aura-t-il modification de la Constitution française dans ce sens ? Autant de questions sans réponses pour l’instant.

            Le Mouvement Pour la France demande au gouvernement de clarifier la nature de ce projet. Il refusera tout nouveau transfert de souveraineté à l'Union européenne sans que les peuples européens ne soient consultés et que la décision provenant des urnes soient respectée.

            Le contrôle budgétaire de la nation est un élément constitutif de la souveraineté du peuple. Vouloir la transférer à un organe supranational non élu est un acte autocratique de défiance vis-à-vis des peuples.

 

        Patrick LOUIS  
        Secrétaire général du Mouvement Pour la France (MPF)
      de Philippe de VILLIERS