LA VRAIE ECOLOGIE: LA LUCIDITE CONCERNANT LES ENERGIES RENOUVELABLES ET LA RESPONSABILISATION DE LA CONSOMMATION

LES ENERGIES RENOUVELABLES NE FERONT PAS L’ECONOMIE D’UNE LIMITATION DE LA CONSOMMATION ENERGETIQUE

Lorsque l’on parle d’efficacité des énergies renouvelables, il convient de distinguer les trois principales que sont les énergies éoliennes, le secteur photovoltaïque et l’hydroélectricité

Concernant les énergies éoliennes, il convient d’être clair : les vagues de froid qui s’abattent normalement sur le Centre et le Nord-Est du pays mais qui peuvent « déborder » sur, notamment, l’agglomération parisienne » sont souvent en pratique dues à un anticyclone rendant leur utilisation plus difficile. Et dans les régions où la sensation de froid est liée à l’humidité, celle-ci n’est pas toujours liées aux vents.De surcroît, c’est surtout valable en mer, les « éoliennes » requièrent beaucoup d’entretien et..de consommation énergétique! Surtout, elles dénaturent un paysage qui constitue notre vision de la véritable écologie, attirant dans les campagnes ceux qui l’aiment! Je ne dis pas qu’il faille « démonter » celles qui existent déjà mais je pense qu’il ne faut pas baser notre espoir énergétique dessus, et limiter leur construction à certains espaces maritimes (si cela peut en plus servir de phares, creusons la question) ou dans les campagnes déjà désertifiées dans l’espoir d’y attirer des entreprises conformément à ma vision de l’aménagement du territoire.

 

Concernant les panneaux solaires, il convient d’être plus mitigé compte-tenu de leur efficacité indéniable-notamment à l’occasion des vagues de froid anticycloniques et de leurs capacités de « stockage- et de la nécessité de renouvellement des matériels sachant que, compte malheureusement beaucoup de produits, ceux-ci sont importés et ne rapportent donc rien à l’économie nationale.

La solution serait tout simplement de taxer les panneaux solaires importés- dans ma vision, les importations sont incompatibles avec l’écologie- ou des produits ne respectant pas certaines normes écologies- je renvoie à ma principale proposition- et d‘allouer les recettes correspondantes à l’aide aux entreprises fabriquant des panneaux solaires dans les régions françaises en voie de désertification et ce, de manière beaucoup plus large que les éoliennes comme le Massif Central ou l’essentiel du Nord-Est.

Attirant des entreprises ou des exploitations agricoles dans les régions qui en ont le plus besoin, c’est à ce prix que le secteur photovoltaïque sera « rentable ».

Concernant l’hydroélectricité, il n’y a rien à dire, il s’agit d’une véritable énergie propre qui constitue souvent la principale ressource « durable »-je ne parle pas du tourisme même s’il peut s’adapter- de certaines zones de montagne et qui peut en outre servir d’appui aux petites exploitations agricoles de montagne, autrement mieux que les subventions européennes!

 

Mais cela renvoie à la question du caractère indispensable de l’électricité dans l’économie française acquise grâce au nucléaire qu’il serait inopportun de remettre en cause aussi bien sur le plan stratégique (qui permet d’économiser des dépenses militaires) que sur le plan de l’autonomie énergétique (et même de certains « écologiques » comme les voitures électriques). Les centrales nucléaires sont parfois à bout de souffle et nécessitent certains travaux coûteux? Raison de plus pour responsabiliser la consommation des ménages (il est anormal que certains appartements soient chauffés en permanence à plus de 20°c avec un faible tarif) en leur faisant payer la surconsommation qui peut servir aussi bien à l’entretien des centrales qu’au développement du secteur photovoltaïque ou de l’hydroélectricité dans les zones de montagne.