FREDERIC NIHOUS : SOUTENIR L'AGRICULTURE DE MONTAGNE PLUS QUE LES GRANDS CEREALIERS


TARBES-INFOS.COM – Interview
Ruralité de montagne : Pour Frédéric Nihous, "un seul avenir, Nicolas Sarkozy"

Pour Frédéric Nihous, Président de CPNT (Chasse, Pêche, Nature et Traditions) et ex-candidat rallié à Nicolas Sarkozy que nous venons de joindre, l’avenir de la chasse et de l’élevage de montagne passe par l’élection de Nicolas Sarkozy le 6 mai prochain.

Pour lui, Nicolas Sarkozy est « le seul capable de tenir tête, au niveau européen, pour défendre les intérêt de l’agriculture de montagne, notamment l’élevage, lors des prochaines échéances de négociation de la PAC ». Et il précise : « Si la France n’a pas une position forte face aux projets de la commission européenne, cette agriculture que nous connaissons dans nos vallées des Pyrénées disparaîtra progressivement et rapidement. » Pour lui, « il faut se libérer du carcan des normes et tenir compte de la réalité de terrain : nous avons besoin, et la montagne aussi, d’un État facilitateur, pas d’un Etat bureaucrate qui s’attaque en permanence aux modes de vie. L’agriculture, l’élevage doivent pouvoir s’adapter au milieu sans réglementations tatillonnes. Les territoires n’en peuvent plus de ces exigences inadaptées imposées progressivement par une administration non contrôlée par les élus politiques. Il faut aussi renforcer les filières et notamment celles de qualité labellisée. L’AOC, mouton de Barèges-Gavarnie ou le fromage Ossau-Iraty sont des exemples de démarches à suivre et à développer en fonction des souhaits des acteurs qui doivent être à la source de l’initiative sans rien imposer. Même chose pour la démarche du fromage du val d’Azun et de l’Ouzoum. L’action des Chambres d’agriculture des Pyrénées est à poursuivre qu’il s’agisse de l’élevage de montagne raisonné comme c’est le cas depuis des millénaires ou de l’organisation des circuits courts en passe de réalisation concrète. Il ne faut pas, non plus, oublier le développement de l’agriculture des basses vallées ayant besoin d’irrigation. Il faut accélérer les dossiers bloqués par le Conseil Régional Midi-Pyrénées du fait des exigences idéologiques d’Europe Ecologie-Les Verts associé de la gauche PS et PRG, comme ils le sont aussi au niveau national ».
En matière de compétitivité, il faut « arrêter d’ajouter des contraintes inutiles et coûteuses comme des importations d’ours qui n’apportent rien à la biodiversité et encore moins au développement touristique des vallées ». Et de rajouter : « Les éleveurs de montagne doivent avoir le droit de se défendre face aux grands prédateurs, ce que refusent Les Verts associés au PS». Pour Frédéric Nihous, le candidat François Hollande sacrifie aux verts les agriculteurs par ses « propositions, notamment sur l’intervention européenne budgétaire en fonction des niveaux économiques, qui vont profiter aux pays producteurs concurrents de la France ! » Et puis, il y a les stations de ski « qui sont des compléments socio-économiques à l’agriculture de montagne. Beaucoup d’éleveurs ont une double activité l’hiver avec des emplois de moniteurs de ski, pisteurs, remontées mécaniques, etc… Les restrictions imposées Les Verts du Conseil Régional associé à la gauche doivent être levés notamment en matière de neige de culture. C’est indispensable pour défendre les emplois et respecter le travail des ruraux de la montagne ».
En matière d’équipement numérique, Frédéric Nihous rappelle que des gestes forts ont été adoptés par Nicolas Sarkozy, suite aux positions prises par l’ANEM à l’automne dernier. « C’est ainsi que des moyens forts, avec plusieurs milliards d’euros, ont été annoncés pour couvrir, de façon rapide et avant l’échéance initialement fixée de 2025, les zones blanches, notamment les montagnes, en numérique ».
En matière de chasse, tradition ancestrale bien développée dans notre département, « ce n’est pas François Hollande avec Les Verts qui va la défendre. Ils veulent stopper les chasses traditionnelles, réduire la durée de chasse, instituer des journées de non-chasse alors qu’aucun usager des espaces de montagne ne le réclame, réduire la liste des espèces et des espaces chassables. Ils portent une entreprise de destruction massive de la chasse. Autant d’éléments, strictement idéologiques, qui doivent interroger les électeurs chasseurs. Avec François Hollande, ils ne seront pas défendus ; pire, ils seront agressés et sacrifiés aux intérêts électoraux de François Hollande et du PS. Rappelez-vous la sinistre période du gouvernement de gauche plurielle Jospin-Voynet ». Et Frédéric Nihous de rappeler que « plusieurs dossiers de demande d’aides financières pour l’entretien écologique des milieux par les chasseurs sont également bloqués par Les Verts du Conseil Régional. Tout cela montre bien ce qui attend les ruraux, les montagnards, les chasseurs en cas de victoire – que je ne souhaite absolument pas – de ces gens-là car, souvenons-nous bien que le PS a déjà déclaré que les politiques menées dans les régions qu’il contrôle serait le laboratoire de la politique qu’il mènerait au niveau national en cas d’accession au pouvoir ! Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas ! ». Il rappelle également que Nicolas Sarkozy a pris position sur un dossier emblématique de la chasse pyrénéenne, le grand tétras dont la chasse est menacée ; c’est ainsi que le candidat a écrit, dans un courrier adressé aux dirigeants de la chasse « Dans les Pyrénées, comme dans d’autres régions, je défends cette chasse responsable qui peut concourir à la protection d’espèces sensibles comme le Grand Tétras, avec des prélèvements adaptés et un entretien permanent des espaces naturels ». Voilà qui est clair et doit satisfaire les chasseurs montagnards. Frédéric Nihous insiste : « Ce n’est pas François Hollande, bloqué par ses engagements avec Europe Ecologie-Les Verts, qui pourra défendre tous ces éléments qui font la ruralité des vallées. La preuve est là mais la presse partisane n’en parle pas ».
Pour le Président du CPNT, proche de Nicolas Sarkozy, « toutes ces valeurs qui font la ruralité, et en particulier la ruralité montagnarde, à savoir les valeurs d’effort, de travail, de solidarité et d’entraide comme d’attachement à notre Histoire et à nos traditions, ne se retrouvent que dans le programme de Nicolas Sarkozy. Il ne faut rien attendre, dans ces domaines, de François Hollande et ses alliés Europe Ecologie-Les Verts ; au contraire, ils font courir un danger mortel tant pour nos espaces ruraux que pour les activités, économiques ou traditionnelles, qui s’y exercent ».